Presse

 INTERVIEW Télé-Centre
JT 18 novembre 2013

video


RADIO

Interview sur Culture Club, La Première, le 20 octobre 2011


 Interview sur Radio Panik le 4 octobre 2011
              

PRESSE ECRITE      

N.A., Accroches n°49/ février  2012  Pascale Delagnes Salut à toi (Autoproduction) Successeur de l’album Ma petite Robe Rouge, le récent Salut à toi, rénove délicatement l’univers de Pascale Delagnes. Si les mélodies cherchent encore à épouser les reliefs de la musique traditionnelle, elles se risquent régulièrement à quelques incursions dans d’autres terrains (jazz, musique(s) du monde), vagues, mais toujours en mouvement. Les chansons racontent de petites histoires, inspirées d’un ailleurs. Qu’il soit géographique (Fable d’Alger, Sur la terre humide) ou affectif (Rouge baiser). Accompagnée par Jordi Grognard (sax, flûte et clarinette) et Damien Campion (contrebasse), Pascale Delagnes tend, de plus en plus, à mesurer sa voix aux souffles et impulsions de son accordéon. Plus riche et abouti que son album précédent, Salut à toi campe sur les berges de la chanson française.Mais il le fait autrement, sans jamais renier la possibilité d’autres langages (l’anglais sur une chanson cachée ou en espagnol avec Llevame viento).             


Sylvie Godefroid, Sabam Magazine/ juin 2012
Pascale Delagnes- Salut à toi Elle n’est pas née dans la rue. Dans la rue, elle est devenue… Pascale Delagnes, hier comme aujourd’hui, continue à placer le désir de rencontrer l’Autre au centre de sa carrière. On se souvient de son premier album Ma petite robe rouge, sorti en 2006. Il s’agissait déjà d’un opus profondément marqué par la musique traditionnelle populaire et la chanson française. On y sentait les accents de l’authenticité et les épices significatifs d’une expérience directe avec le public, puisée à la lueur des réverbères, dans la rue. Aujourd’hui, Pascale signe les plages d’une nouvelle expérience :Salut à toi ! Une deuxième aventure discographique où l’artiste se risque à explorer d’autres rives musicales touchant au jazz et aux musiques du monde. La collaboration avec le contrebassiste Damien Campion ne passera pas inaperçue… Formée à l’Ecole Internationale de Théâtre Lassaad et aux Ateliers de la chanson à Bruxelles, Pascale porte toujours une de ses spécificités en bretelles : son accordéon chromatique, un compagnon de composition et de route découvert sur les sentiers de l’enfance ! A découvrir sans aucune modération !    


C.Muyls, Les Carnets du Match, 9- 12 -2011  


Une perle à découvrir ! Mon premier est une couverture d'album naïve, mon second un titre optimiste"Salut à toi", mon troisième est une chanteuse, musicienne, auteur compositeur du nom de Pascale Delagnes et mon tout est un album inattendu, mélange sonore d’instruments du monde entier (...) qui nous entraîne dans un univers musical donnant à l’album une connotation particulièrement ouverte. (...) Sa voix est magnifiquement balancée, surtout dans mes deux chansons chouchous comme "Perdus dans le brouillard" et "LLevame viento". Un excellent cadeau découverte.    





Le Jour, Liège, 2009  “ Sous le chapiteau de Latitude 50°, avec “Sous ma petite robe rouge”, les mots ont renvoyé à un monde plus léger et traversé de poésie. (…) D'emblée on est séduit par les chansons à texte dont la jeune femme a fait sa particularité. (…) Pareille à une âme en quête de liberté et d'un vent de voyage, Pascale Delagnes effleure les mots comme elle pourrait effleure la vie: avec douceur et poésie (poésie surtout!). Sans pour autant lasser. Sans doute parce que ses mots nourris d'authenticité semblent prendre racine à même le coeur et l'âme. Peut être aussi parce qu'ils rapprochent les uns et les autres (…). Avec comme résultat d'emporter le public dans un dédale d'émotions enclines à faire de cette soirée un petit moment d'éternité à garder pour soir ou à partager, c'est selon. (…).”    

 Presse écrite - Ma petite Robe Rouge (2004-2006)  
   
Lettre Wallonie- Bruxelles au Québec/Web / Pascale DELAGNES au Festival international de la chanson de Granby. « Après avoir séduit le jury et conquis le public du Festival international de la chanson de Granby (FICG) en 2004, l’auteure-compositeure-interprète de Bruxelles, Pascale DELAGNES, a effectué un retour au festival, cette fois à titre d’invitée. Pour l’occasion, elle s’est produite jeudi le 22 septembre 2005, au Théâtre Palace de Granby, lors d'une soirée où se sont succédés sur scène trois des neufs finalistes de la 37e édition du FICG, de même que Laurence JALBERT et Chloé SAINTE-MARIE. Durant cette soirée, Pascale DELAGNES a interprété quelques pièces puisées au répertoire de son prochain album, Ma Petite Robe Rouge. S’en dégage un désir de parler de la vie, avec énergie, de partager en poésie et en musique et de donner aux textes, qu'ils soient drôles ou sérieux, caractère et force de vie. Lauréate du FICG en 2004 dans la catégorie interprète, Pascale DELAGNES a par la suite participé à la tournée des lauréats 2005 du FICG, tournée qui a permis à sa voix  envoûtante de faire des adeptes aux quatre coins du Québec.(...) »  

La Voix de l'Est (Granby- Canada), Francine Baudouin  « Le vendredi 17 septembre 2004, Pascale Delagnes (bruxelles, Belgique) est nommée grande gagnante de la catégorie interprète de la 36ème édition du Festival International de la chanson de Granby. L'artiste a séduit également la foule et les cinq membres du Jury. Elle se voit décerner, entre autres, un prix de 5000 dollars offert par le Festival. »   

La Presse, Montréal, extrait, Christian Côté “Première en scène, la chanteuse aux pieds nus Pascale Delagnes a choisi de lever le voile sur un autre de ses talents. La lauréate dans la catégorie interprète a plutôt voulu nous baigner dans ses propres compositions. Un bon choix. A presque 30 ans, Delagnes n'en demeure pas moins dotée d'un physique et d'une bouille d'enfant. Malgré tout , ses premiers accords ont vite rétabli les faits: solidement ancrée sur le sol, elle peut compter sur une voix solide, pleine et malléable. En l'écoutant, on pense à une Lynda Lemay avec de la substance, du coffre, et plus chanteuse que raconteuse. Ses musiques où se mêlent la bohème gitane, le charme de la musette et les parfums arabisants sont teintés d'un filet de mélancolie. Puis il y a cet accordéon qu'elle enfile à sa deuxième pièce et qui est son meilleur compagnon de scène.”    

 
Le devoir, Montréal, extrait, Sylvain Cormier “  (…) La veille, il n' a avait rien eu à dire. Trois des quatre interprètes en lice méritaient la palme, et la victoire de Pascale Delagnes était conséquente: la Belge, craquante et très nature, a proposé des chansons qui avaient gardé le meilleur de ses années en théâtre de rue, pleine de gouaille, de charme et de sentiment vrai. (...)”    





Sabam Magazine, Sylvie Godefroid  Pascale, c'est le soleil des voyages.Le sel d'un air marin qui se chante, Qui se danse « Pascale sourit. Du bout d'un coeur qui bat. Avec des lèvres ouvertes, et un petit rouge à lèvres qui lui sied. Rouge. Comme cette petite robe rouge qu'elle promène de scènes en voyages. Auteur de ses chanson, pascale chante. C'est l'arme à l'oeil qu'elle vous dit « regardez- moi de travers, j' men fous. » Pascale, c'est larme au poing qu'elle vous dit « des petits bonheurs, j'en ai des tas ». Et si le bitume dicte sa loi, Pascale s'en fout. Elle est comme ça. Sans fard. Juste ce petit rouge qui lui va...Juste avec son accordéon qu'elle promènes sans relâche. Pascale, c'est le soleil des voyages. Le sel d'un air marin qui se chante. Qui se danse. Son album, Ma petite Robe Rouge, c'est un peu comme ça qu'il est conçu. Au gré des rencontres et des errances. Au gré des allées, des vents, des senteurs, Pascale glane des images, des sons, des émotions.